Continuons dans l’esprit de nos articles précédents où nous vous transportons dans la peau d’un chat le temps d’un article pour mieux comprendre ses comportements. Sans toutefois faire l’erreur anthropomorphique de penser savoir ce que pense vraiment un chat.

Cette fois-ci, vous êtes dans la peau d’un chat qui vient d’être adopté par sa nouvelle famille. Après avoir passé quelques semaines dans un refuge, on pourrait croire que vous seriez soulagé de vous retrouver dans une maison, mais il n’en ait rien. Voilà un autre changement stressant alors que vous veniez à peine de vous habituer à l’activité du refuge.

Heureusement pour vous, vos nouveaux propriétaires connaissent bien l’Éduchateur et ont lu la chronique de BeOneBreed sur l’introduction d’un nouveau chat à la maison (ce sont de bons propriétaires informés et intelligents. Vous êtes chanceux !). Voilà pourquoi, dès votre arrivée, ils vous ont isolé dans une pièce avec une litière dans un coin de la chambre, de l’eau et de la nourriture dans l’autre. Vous remarquez immédiatement deux choses. La première c’est que votre sens olfactif vous indique que vous n’êtes pas le seul individu félin dans la maison, ce qui augmente encore plus votre anxiété. La deuxième, c’est que la pièce est parsemée de gâteries… DES GÂTERIES PARTOUT !!! WOW !

Après avoir prudemment fait le tour de la pièce le ventre au sol, poussé par votre gourmandise, vous êtes rassuré sur le fait que l’autre chat n’est pas dans la pièce. En fait, vous comprenez assez rapidement qu’il est de l’autre côté de la porte, car vous voyez ses pattes sous la porte. Vous n’avez pas le temps d’en faire de cas. Vos nouveaux propriétaires brandissent un bâton jouet qui fait déclencher vos instincts de chasseur et vous fait oublier tous ces nouveaux éléments stressants. En fait, vous trouvez l’endroit plutôt chouette avec ces gâteries et ces jeux.

Puis vient le temps où la porte s’ouvre. Vous croyez que l’autre chat va prendre son élan pour vous sauter dessus, mais vous constatez plutôt qu’il a été placé dans une autre chambre pour vous permettre d’explorer seul la maison et sans tracas. Pendant votre exploration, vous constatez qu’il y a des gâteries dans tous les racoins de la maison. Chaque tournant révèle des gâteries, ce qui vous pousse à explorer beaucoup plus rapidement les lieux. Après un tour complet où vous avez vu un de ces nouveaux Katt3 (ces nouveaux propriétaires sont vraiment extraordinaires !), des coussins, des bols interactifs et une fontaine d’eau, vous ne pouvez faire autrement que de croire que vous avez frappé le « jackpot » comme disent les humains. Quelle chance !

Tout ça rend cette expérience beaucoup moins stressante que vous l’aviez l’anticipé. Puis, comme si vous n’étiez pas suffisamment convaincu de rester ici pour le reste de votre vie, on vous présente soudainement un bol de nourriture en canne… Vous n’en croyez pas vos narines, du McDonald’s pour chat ! Vous vous précipitez sur le bol pour le dévorer et alors que vous êtes affairé à vous empiffrer, les propriétaires ouvrent la porte de votre pièce de quelques centimètres. Vous apercevez l’autre chat, lui aussi en train de s’empiffrer loin de l’autre côté de la porte. Comme la porte n’est ouverte que de quelques centimètres, il n’y a aucune chance pour que celui-ci puisse vous sauter dessus et de toute façon, même s’il vous a vu, il semble lui aussi trop occupé à manger son succulent repas.

  • « Salut ! » Dites-vous sans arrêter de manger
  • « Salut! » Dit l’autre, méfiant
  • « C’est toujours comme ça ici ? Y’a toujours du McDo de chat à volonté ? »
  • « Non ! En fait, depuis que tu es là, c’est incroyable le nombre de festins auquel j’ai eu droit. Je ne sais pas ce que tu leur as dit, mais merci vieux ! »
  • « Et moi je croyais que c’était à cause de toi ! »

Alors que vous êtes sur le point de terminer votre bol, la porte se referme. Vous ne pouvez faire autrement que d’être enchanté de cette première rencontre. Le scénario se répète plusieurs fois par jour. On vous amène un festin, la porte s’ouvre, vous voyez l’autre chat et elle se referme une fois le repas terminé. Vous constatez qu’à chaque fois, votre bol se rapproche de la porte et que la même chose se passe avec le bol de votre nouveau copain. À un moment, vous trouvez que celui-ci est un peu trop près à votre goût. Même si la porte l’empêche encore de vous atteindre, vous ne pouvez vous empêcher de lancer un feulement envers l’autre chat qui vous le renvoie sans attendre. Vous vous retournez vers les propriétaires attendant votre punition pour avoir feulé, mais à votre grande surprise, vous les voyez plutôt éloigner les deux bols de la porte à une distance beaucoup plus confortable sans rien dire d’autre. Quelle chance, car s’ils vous avaient puni vous auriez associé cette punition avec l’autre chat et l’auriez sûrement pris en grippe.

Ce manège se poursuit pendant environ une semaine, jusqu’à ce que vous et votre nouveau coloc puissiez manger à distance d’un pas de chaque côté de la porte sans faire de cas l’un ou l’autre. Vous échangez parfois des regards, sans plus. Et si l’un ou l’autre exprime un petit mécontentement, les propriétaires ne font qu’éloigner les bols et reprennent l’approche plus lentement cette fois.

Puis vient le jour où les bols sont positionnés à une bonne distance, la porte ouverte complètement. Les propriétaires vous laissent négocier ensemble vos contrats territoriaux et partager les ressources sans intervenir, sauf si ça tourne au combat avec roulade. Si ce ne sont que des feulements, grondements et même des petites tapes alors à vous de régler ça chat à chat.

Vous vous mettez donc à ronronner de bonheur à l’idée que vous êtes vraiment tombé sur une famille extraordinaire qui vous remplira de bonheur.